top of page

Facebook va bâtir son metavers, mais de quoi s’agit-il ?

Dernière mise à jour : 19 janv. 2022

Le premier réseau social au monde vient d’annoncer un plan d’embauche XXL (10 000 emplois en Europe) pour son nouveau projet numérique. Mais de quoi parle-t-on quand vraiment ?



Un concept pour l’instant obscur


Annoncé par son directeur emblématique Mark Zuckerberg cet été, le nouvel objectif de Facebook est de bâtir le « métavers ». Avant d’être un projet numérique, le métavers est issu de la littérature, plus précisément d’un roman de science-fiction intitulé « Snow Crash », de l’écrivain américain Neal Stephenson. Ce dernier écrivait que « le métavers est une invention de ma part, qui m'est venue à l'esprit quand j'ai réalisé que les mots existants (comme "réalité virtuelle") étaient trop maladroits pour être utilisés ».


Le terme métavers provient de l'anglais metaverse, qui n’est autre que la contraction de meta universe, c'est-à-dire méta-univers. Cela désigne plus simplement est un monde virtuel fictif.


Pour tenter de traduire le metavers que souhaite bâtir Facebook, il s’agirait de tenter d’aller plus loin que les possibilités qu'offre Internet actuellement, en passant d'une réalité en 2D, à une réalité en 3D. Grâce à la réalité virtuelle et augmentée, cette nouvelle réalité numérique se veut de proposer une expérience immersive, dans un espace-temps propre.


Plus concrètement, un avatar ou hologramme donnerait la possibilité aux acteurs de ce metavers de se rencontrer dans des conditions les plus proches possible de la réalité. Il s'agirait ainsi de pousser encore plus que les expériences permises actuellement par les casques de réalité virtuelle ou encore les hologrammes. Zuckerberg définit quant à lui son metavers comme « le successeur d’internet ». Rien que ça !


Cet univers qu’il fantasme ne date pas d’hier. En effet, Facebook a racheté Oculus en 2014, l’entreprise reconnue pour ses casques de réalité virtuelle. D’autre part, l’an passé le réseau social américain a fondé Facebook Reality Labs, un nouveau département rassemblant réalité augmentée et réalité virtuelle. Ce projet semble clairement se concrétiser et pourrait donner vie a de toutes nouvelles perspectives. Mais quel en sont les usages ?


Le métavers ne servira pas seulement à divertir


L’un des exemples les plus concrets de métavers est le jeu Fortnite développé par Epic Games. Avec pas moins de 350 millions d’utilisateurs, ce jeu vidéo est devenu un espace où ses utilisateurs se retrouvent pour se rencontrer, échanger voire assister à des concerts à l’image de ceux donnés par Travis Scott en 2020. L’un deux a d’ailleurs rassemblé 12 millions de gamers venus s’amuser et voir l’avatar géant du rappeur américain. On pense également au jeu Pokemon Go, où l’on peut capturer dans la rue des Pokemon à l’aide de son smartphone.


Le métavers pourrait également permettre aux entreprises de booster leurs performances. Ces dernières pourraient tester des améliorations dans le monde virtuel avant de les apporter au monde réel. On pense notamment aux secteurs de l’industrie automobile ou informatique.

Avec son nouvel outil Horizon Workrooms, lancé en août de cette année, Facebook démontre une autre perspective avec ce métavers, utilisé ici comme un outil de travail collaboratif accessible grâce à un casque de réalité virtuelle. Une fois l'appareil sur la tête, l'utilisateur est plongé dans une salle de réunion en trois dimensions. A travers les yeux de son avatar, il est assis autour d'une table aux côtés d'autres utilisateurs, eux aussi représentés par leurs avatars. Les participants à la réunion virtuelle peuvent alors discuter via un chat vocal, partager leur écran d'ordinateur ou encore noter des idées sur un tableau blanc géant.



Enfin, le métavers serait aussi un vecteur non-négligeable de commerce pour les enseignes. Il deviendra possible d’acheter dans leur boutique virtuelle des biens comme des services. Le secteur de l’e-commerce s’en frotte d’ores et déjà les mains puisque cela ouvrirait de toutes nouvelles perspectives en matière d’expérience pour les clients. Une nouvelle donne dans la course à la fidélisation.


Quand cela verra le jour ?


Même s’il existe déjà dans certaines formes, le métavers comme l’entend Mark Zuckerberg, c’est-à-dire avec une immersion complète dans le virtuel, devrait selon le patron de Facebook être déployé d’ici à 5 ans. Avec l’annonce de l’embauche de 10 000 personnes en Europe le réseau social semble faire un pas de plus vers ce nouvel univers. Mais il devrait ne pas trop traîner car il n’est déjà plus le seul sur ce marché.


En effet, les développeurs de jeux vidéo sont très engagés dans ce projet. Epic Games, le créateur de Fortnite a notamment réussi à convaincre Sony, Microsoft et Nintendo de laisser leurs utilisateurs respectifs s’affronter sur son jeu, favorisant l’émergence d’une communauté. L’éditeur de Fortnite vient d’ailleurs de lever 1 milliard de dollars dans le but de créer son propre métavers.


La course au métavers entre les géants du numérique risque bien d’avoir lieu.

Comments


bottom of page